Comme une nouvelle Pentecôte et La grâce du baptême dans l’Esprit Saint

Patti Gallagher Mansfield,
Comme une nouvelle Pentecôte
 : Le Renouveau charismatique courant de grâce dans l’Église catholique, Nouan-le-Fuzelier, Éditions des Béatitudes 2016, 366 pages – ISBN : 979-10-306-0027-8, 22.– €. Jean-Baptiste Alsac,
La grâce du baptême dans l’Esprit Saint
 : Fondements scripturaires et théologique, Nouan-le-Fuzelier, Éditions des Béatitudes 2016, 236 pages – ISBN : 979-10-306-0023-0, 19.80 €.
Le Jubilé d’or du Renouveau charismatique catholique (1967-2017), a été l’occasion pour les Éditions des Béatitudes, fondées en 1984 par la Communauté catholique du même nom, de poursuivre leur publication d’ouvrages ayant trait à la vie de l’Esprit. Deux d’entre eux retiennent ici tout particulièrement notre attention. La Communauté des Béatitudes est née au début des années 70 dans l’élan du Renouveau charismatique français, un mouvement de réveil spirituel qui en France marquera, semble-t-il, bien plus l’Église catholique romaine que le protestantisme français, même évangélique.Pentecote
Patti Mansfield retrace dans une deuxième édition révisée les tout débuts du Pentecôtisme catholique, très vite appelé une « nouvelle Pentecôte » (d’où le titre du livre), maintenant plus connu sous le nom de Renouveau charismatique catholique. Une première édition française traduite de l’américain fut publiée en 1997. C’est en février 1967 que Patti Gallagher (de son nom de jeune fille) participe au week-end de retraite d’un petit groupe d’étudiants de l’Université Duquesne (Pittsburg, États-Unis). Celui-ci est souvent considéré comme le point de départ d’un réveil charismatique catholique au retentissement mondial, touchant plus de cent vingt millions de catholiques. C’est surtout à cette nuée de témoins (américains pour l’essentiel) partageant une même expérience spirituelle pendant et après le week-end de Duquesne qu’est consacré cet ouvrage dans lequel elle leur donne largement la parole. Ce Renouveau donnera naissance aussi en France à une multitude de groupes de prière et communautés de vie caractérisés par une expérience du Saint Esprit, c’est-à-dire par une ouverture aux charismes et aux dons que l’Esprit suscite pour renouveler l’Église.
Tout comme les pentecôtistes protestants, toutes ces personnes se réclament explicitement de « la grâce du baptême dans l’Esprit Saint », expression qui sera reprise par le Pape François. Elles nous permettent de mieux comprendre l’itinéraire de chrétiens de confession catholique – de la prière à l’Esprit Saint à la nouvelle évangélisation – souhaitant résolument marcher sous la conduite du Saint-Esprit. Le lecteur protestant évangélique pourra sans nul doute apprécier le parallèle fait par certains entre leur oui à l’Esprit Saint et le oui de Marie à l’action de l’Esprit en vue de la réalisation du plan de Dieu. Très peu habitué de penser à Marie en termes de maternité spirituelle, il sera peut-être perplexe de lui voir attribuer le titre d’épouse du Saint-Esprit. Parmi les figures plus connues du renouveau, on notera les récits de plusieurs docteurs en théologie catholiques américains (dont Ralph Martin et Kevin Ranaghan, connus par certains de leurs écrits traduits en français), mais aussi le témoignage du cardinal belge Léon-Joseph Suenens, figure de proue du pentecôtisme catholique, notamment en Europe. On notera l’impact du livre du pasteur pentecôtiste David Wilkerson, La croix et le poignard (publié aux États-Unis dès 1963) qui est mentionné dans plusieurs témoignages. Ce dernier raconte en effet les débuts de son ministère parmi les gangs des bas-fonds de New York dans les années 50 en lien avec sa propre expérience du baptême dans l’Esprit.Alesac
Avant de conclure, en annexe, avec la mention des paroles de soutien au renouveau charismatique catholique des différents papes depuis Paul VI, Mansfield nous fait part dans une trentaine de pages de ses propres réflexions sur le baptême dans l’Esprit Saint. Elle insiste sur le fait que l’expérience charismatique est une grâce pour la vie de toute l’Église, non pas le privilège de certains.
Alors même que le pentecôtisme protestant, longtemps tributaire de la théologie évangélique, tarde à développer une réflexion biblique et théologique propre, le pentecôtisme catholique bénéficiera rapidement d’ouvrages de référence sur le Saint-Esprit – avec en France l’opus magnum d’Yves Congar Je crois en l’Esprit Saint (1979-80) en tête. Toute comparaison gardée, l’ouvrage du prêtre catholique Jean-Baptiste Alsac, membre de la Communauté de Verbe de Vie, s’inscrit résolument dans ce travail d’interprétation des Écritures et de la Tradition.
Alsac reconnait au baptême de l’Esprit une dimension œcuménique, soulignant l’affiliation historique entre le Renouveau charismatique catholique et le pentecôtisme protestant, que ce soit au niveau de l’expérience vécue ou celui de la terminologie utilisée (baptême dans l’Esprit). Contrairement aux pentecôtistes évangéliques de type conversioniste, l’auteur fait remarquer que les catholiques charismatiques voient leur expérience de l’Esprit Saint s’inscrire dans la spécificité catholique de la théologie des sacrements (baptême et confirmation), et donc dans la vie sacramentelle de l’Église.
Alors que rapprochements et divergences entre pentecôtistes protestants et catholiques sont tour à tour examinés, cette spécificité catholique n’a rien d’étonnant puisque l’interprétation de l’expérience du baptême dans l’Esprit donne lieu à différentes positions théologiques qui varient selon le cadre ecclésial et institutionnel, cela même au sein du protestantisme.
L’auteur ne se contente pas d’offrir une synthèse de l’apport de l’étude scripturaire sur le sujet. Il examine aussi tour à tour l’éclairage apporté par l’enseignement patristique (de Tertullien à Jean Chrysostome, en passant notamment par Cyrille de Jérusalem et Augustin), la théologie classique (en particulier la perspective de Thomas d’Aquin sur l’œuvre de la grâce et le don de l’Esprit), pour enfin analyser certains développements contemporains (Vatican II). Il conclut son ouvrage en incluant d’une manière succincte une perspective pastorale cherchant à encourager et à « enseigner les baptisés sur la puissance de l’Esprit ».

Raymond Pfister

Les commentaires sont clôturés.